Joëlle Ursull – White and Black Blues

Née en Guadeloupe, Joëlle Ursull se fait d’abord remarquer par sa plastique en remportant le titre de Miss Guadeloupe en 1979 (« Le meilleur moyen de quitter les Antilles était de remporter un titre de miss et j’ai eu la chance, en 1979, de devenir quatrième dauphine de Miss France », dira-t-elle). Elle intègre en 1986 la formation d’origine du trio Zouk Machine qui sort un premier album porté par le single Sové Lanmou. Mais la jeune femme va rapidement quitter le groupe, avant son succès fulgurant, et sera remplacée par Jane Fostin. 

Joëlle a des projets et surtout des visées de carrière solo qui se concrétisent en 1988 avec l’album Miyel pour lequel elle s’entoure des collaborateurs de Kassav’ et de la crème des musiciens zouk du moment. Promu par le single éponyme (le très efficace et sensuel Miyel), l’album n’est qu’un succès d’estime mais installe déjà la demoiselle sur le plan international (remixé par Jay Burnett, le single est distribué notamment au Royaume-Uni et l’album s’envole jusqu’au Japon). 

En 1990, elle a l’opportunité de transformer son coup d’essai en représentant la France au Concours Eurovision de la chanson. Cette année-là, la participation de la France n’est pas encore assurée car, après les contre-performances des années précédentes, la nouvelle directrice du service divertissement d’Antenne 2 souhaite retirer le pays du concours. Il n’en sera finalement rien et la directrice prend elle-même en charge la sélection de la chanson concourante mettant toutes les chances de son côté en s’adjoignant les services de Serge Gainsbourg. Pas étranger au concours, l’artiste a déjà fait gagner France Gall pour le Luxembourg en 1965 et assuré une 5e place à Minouche Barelli pour Monaco en 1967. 

Sur une musique de Georges Augier De Moussac (Francis Cabrel, Marie Myriam, Lara Fabian pour l’Eurovision 88…), Gainsbourg pose un texte qui, s’il n’est pas son plus inspiré, a le mérite de faire l’apologie de l’égalité et de l’antiracisme. Joëlle Ursull semblait alors toute désignée pour interpréter cet hymne et ainsi marquer la première participation d’une chanteuse noire pour représenter la France au concours. « J’étais en plein enregistrement de mon second album quand on m’a proposé de chanter à l’Eurovision. Marie-France Brière avait sélectionné une chanson d’inspiration tropicale. Il lui fallait donc un interprète noir ». Mais l’intitulé de la chanson, initialement Black lolita blues, ne plaît pas vraiment à la chanteuse qui ne se voit pas en lolita et n’a pas envie de se présenter à l’Eurovision avec un texte trop léger. Gainsbourg s’inclinera et reverra sa copie. « J’avais une certaine appréhension, dira la chanteuse à propos de son parolier à la presse de l’époque. Il est tellement spécial à la télévision : je m’attendais un peu au genre de proposition qu’il a faite à Whitney Houston ! Et puis, non. Il est très gentil, c’est un grand enfant. Loin des caméras, il n’est plus le même ».  

La France proposera donc le 5 mai 1990 à Zagreb une formidable interprétation de ce White and Black Blues, une magnifique combinaison de percussions, synthés et accordéon interprétée tout en délicatesse et sensualité par une Joëlle Ursull plus belle que jamais et toute de rouge vêtue, sa couleur porte-bonheur. Un joli tableau qui nous vaut une flopée de points et nous fait croire à une possible victoire. Malheureusement pour nous cette année-là, c’est Toto Cutugno qui représente l’Italie avec Insieme : 1992 et va recevoir 17 points de plus. Reléguée à la deuxième place du classement final, la France n’aura cependant pas à rougir de sa participation. « Gainsbourg a été très affecté que je ne gagne mais il m’a prédit que ce serait un succès. Il a eu raison. »

Une deuxième place qui collera à la peau de Joëlle Ursull qui s’y retrouve à nouveau coincée au Top 50 à la mi-juillet alors que ses ex-collègues de Zouk Machine plafonnent en pole position depuis trois semaines avec Maldòn. A l’étranger, White and Black Blues connaît aussi son petit succès : n°10 en Autriche, n°16 en Suède et n°86 en Allemagne. Le 45 tours et le maxi 45 tours sortent avec la version instrumentale en face B tandis que s’ajoute au CD single le titre Position Feeling (qui aura droit à son propre 45 tours l’année suivante). 

Certifié disque d’or avec plus de 460 000 ventes*, le titre est accompagné d’un clip très sommaire tourné en studio d’enregistrement et dans lequel on voit Serge Gainsbourg donner des directives à la chanteuse. 

Black French, le deuxième album de Joëlle Ursull, est dans les bacs en 1990 et atteint la 18e place du Top, décrochant un disque d’or. Suivront les singles Amazone (26e au Top 50) et Position Feeling (50e), adaptation du Sexual Healing de Marvin Gaye. En 1992 Serre-moi en duo avec Kova Rea est un petit succès mais Comme dans un film, son album de 1993 orienté blues/soul, ne marque pas les esprits. Pas d’autre disque depuis, même si la chanteuse accepte volontiers les collaborations qu’on lui propose et donne ponctuellement des concerts. Elle fait notamment une apparition au Zénith de Paris en 2020 dans le spectacle Générations Zouk.

*merci à Fabrice – Top France

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s