Céline Dion – Ne partez pas sans moi

En 1988 la jeune chanteuse québécoise Céline Dion est déjà une grande vedette dans son pays. En France, où elle démarre tôt sa carrière, elle n’est pas une inconnue puisque qu’elle y signe en 1983 un premier tube avec D’amour ou d’amitié qui reçoit un disque d’or et se vend à plus de 400 000 exemplaires.

À cette époque, le duo de compositeurs suisses Atilla Şereftuğ et Nella Martinetti cherche une interprète pour une chanson composée dans l’espoir de participer au Concours Eurovision de la chanson. S’illustrant dans le style « schlager », on leur doit le succès du titre Pas pour moi interprété par Daniela Simons, qui termine en deuxième position au même grand concours musical pour la Suisse en 1986. Ayant remarqué les prouesses vocales de la Canadienne, c’est tout naturellement qu’ils contactent René Angélil, son manager, afin de faire de Céline l’interprète de leur chanson Ne partez pas sans moi, et accessoirement la représentante de la Suisse. La chanteuse qui n’apprécie pas vraiment le morceau ne comprend pas tellement pourquoi on souhaite qu’elle soit la représentante d’un pays qui n’est pas le sien et qui plus est sur un continent étranger. Mais c’est sans compter sur la sagacité de René Angélil qui voit en l’Eurovision une possibilité d’avancement pour la carrière de sa protégée, et surtout la promesse d’une prestation regardée par plusieurs millions de téléspectateurs à travers le monde. Bref, une opportunité en or à ne surtout pas rater.

C’est donc après avoir remporté la finale nationale suisse face à huit autres candidats que Céline Dion se retrouve sur la scène du RDS Simmonscourt Pavilion à Dublin, le 30 avril 1988, pour entonner Ne partez pas sans moi. Elle passe en 9e position, soit en milieu de concours, et livre une prestation où elle se montre fidèle à elle-même, très professionnelle et tout en puissance vocale. Sa tenue de scène, un contraste entre veste de costume blanche et jupe bouffante, restera dans les annales du concours pour son originalité (et son goût discutable). Au moment d’attribuer les points la tension est à son comble car la Suisse et le Royaume-Uni sont au coude à coude. Le dernier pays votant n’accorde que 6 points à Céline qui est alors convaincue que tout est perdu pour elle. Mais, surprise, la Yougoslavie n’accorde aucun point au Royaume-Uni et c’est finalement la Suisse qui remporte le concours à seulement un point d’écart de son adversaire. On notera pour l’anecdote que l’une des concurrentes de Céline cette année-là est une autre chanteuse vocale francophone, Lara Fabian, qui se classe 4e pour le Luxembourg avant de connaître, comme elle, une belle carrière au Canada puis en France. René, quant à lui, était sûr de son coup et avait même parié sur la victoire de Céline auprès des bookmakers.

La victoire est un joli coup pour Céline Dion et son 45 tours sort dans toute l’Europe (mais curieusement pas au Royaume-Uni). On notera les différences de pochettes suivant les pays (Allemagne, France et Portugal) pour le single qui se classe 11e dans les charts suisses, 12e en Belgique, 36e en France (avec plus de 75 000 exemplaires vendus*) et 42e aux Pays-Bas. Un petit succès en termes de ventes mais une belle exposition pour l’avenir de Céline. Une version du titre est même enregistrée en allemand, mais ce Hand in hand n’intègre pas les charts. Relégué en face B de D’abord c’est quoi l’amour au Québec, Ne Partez pas sans moi sera pourtant très bien diffusé là-bas (la chanteuse l’interprétera notamment en live lors du Gala de l’ADISQ où elle remporte quatre trophées).

Un clip très estival est tourné sur un bateau à bord duquel la jeune femme déambule vêtue d’une veste en jean en prenant des poses mutines. Sa maison de disques profite de ce succès éclair pour lancer un best of en juin qui intègre, bien sûr, Ne partez pas sans moi mais aussi D’amour ou d’amitié et Mon ami m’a quittée (un petit succès de 1984) et quelques titres uniquement sortis en 45 tours (dont Je ne veux pas composé par Romano Musumarra). Ne partez pas sans moi est également intégré à la version française de son album Incognito puis compilé en 2005 dans son best of On ne change pas.

L’année suivante Céline Dion ouvrira le concours à Lausanne avec une version écourtée de son titre vainqueur. Relookée de cuir bleu elle présentera ensuite, et en avant-première mondiale, son tout nouveau titre en anglais Where Does My Heart Beat Now. Un titre qui sort en single l’année suivante et marque le début de la carrière internationale de Céline en anglais. Véritable tube, le morceau se classe 4e du Billboard US même s’il fonctionne moins bien en Europe et notamment au Royaume-Uni qui restera hermétique aux charmes de la chanteuse jusqu’à son premier top 10 en 1991 avec Beauty and the Beast.

En 2005, l’Eurovision fête ses 50 ans et propose pour l’occasion une émission spéciale afin de voter pour la meilleure chanson, toutes années confondues. 14 chansons sont sélectionnées parmi lesquelles figure évidemment Ne partez pas sans moi. Mais à l’issue des votes le titre ne termine qu’à la 10e place et c’est ABBA avec Waterloo qui l’emporte.

* merci à Fabrice – Top France

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s