Visage – Fade to Grey

Visage Fade To Grey 45 tours français Pop Music DeluxeFade to Grey, l’un des plus grands classiques de la new wave, a ouvert la voie en 1980 à un mouvement avant-gardiste pop-électro conjugué à la mode vestimentaire excentrique des Nouveaux romantiques qui naît dans les clubs de Londres au même moment. Mené par Steve Strange, Visage n’a initialement vocation qu’à être un groupe de studio. Strange et son ami DJ Rusty Egan travaillent tous deux au Blitz, discothèque londonienne en vogue et fréquentée par le futur Boy George, David Bowie ou encore Depeche Mode. Ils s’associent en 1978 à Midge Ure qui cherche un vocaliste pour enregistrer des morceaux lors d’une session en studio et invite Steve Strange qui a déjà fait partie de quelques groupes punk. Visage est né et le groupe est vite rejoint par des musiciens venus d’autres formations (trois membres de Magazine et un d’Ultravox). Avec l’intention de créer une musique de club, Visage signe sur le label Radar Records et sort un premier 45t en 1979 intitulé Tar dans l’indifférence générale.

Mais l’intérêt pour Visage s’accroît soudain lorsque, quelques mois plus tard, Steve Strange et certains des plus beaux spécimens de sa clientèle du Blitz apparaissent dans le clip de Bowie Ashes to Ashes. Polydor signe alors Visage et sort Fade to Grey en 45t en même temps qu’un premier album éponyme. Et si Fade to Grey est crédité sur sa pochette « Billy Currie, Chris Payne et Midge Ure », la création du morceau est soumise à controverse.

Il faut remonter quelques mois plus tôt, en 1979, quand les musiciens Billy Currie (Ultravox) et Chris Payne, alors en tournée avec Gary Numan, composent un morceau instrumental qu’ils ont pour habitude de jouer pendant les balances. Intitulé Toot City, ils iront l’enregistrer en une seule journée de studio, juste après la dernière date de la tournée, avec l’aide de Cedric Sharpley aux percussions. Mis ensuite de côté, Toot City ressurgit au moment de l’enregistrement de l’album de Visage alors qu’on estime qu’il manque un morceau fort sur le disque. C’est à ce moment que Midge Ure écrira la mélodie de voix et les paroles de ce qui deviendra Fade to Grey, donnant les indications de chant à Steve Strange. De son côté Strange apportera l’idée de la partie en français, parlée par une voix féminine. C’est Brigitte Arens, la petite amie de Rusty Egan, qui enregistrera ce qui deviendra l’un des gimmicks les plus indissociables de la chanson.

D’un commun accord, la plupart des titres de l’album de Visage devaient être co-signés symboliquement par les six membres du groupe, ce qui ne fut pas le cas pour Fade to Grey et mit Steve Strange dans une colère noire. Le chanteur se voyait en effet retirer tout crédit d’un morceau dont il était seul à assurer la promotion mondiale avec un look très travaillé qui l’assurait de ne pas passer inaperçu. Il se souvient d’ailleurs avoir voulu faire impression lors d’une soirée new-yorkaise en demandant à sa maison de disques de le faire monter sur scène à dos d’éléphant, caprice que le label ne put assumer lui accordant tout de même les services… d’un chameau !

Visage Fade To Grey maxiAvec son atmosphère planante et désabusée, ses couplets scandés et son alternance d’anglais et de français, Fade to Grey devient un hit. N°1 en Allemagne et en Suisse, n°8 au Royaume-Uni, plus de 600 000 copies sont vendues en France où il est également n°1 des clubs. La vidéo mise en scène par le duo Godley & Creme (qui, en plus de ses propres chansons, illustrera les tubes de Duran Duran, Status Quo ou Culture Club) exhibe un Steve Strange au maquillage outrancier.

Couplé à The Steps en face B (sauf en France où l’on opte pour Moon Over Moscow et un visuel totalement différent), Fade to Grey fera bien sûr l’objet d’une version longue qui se contente de répéter deux fois de suite le morceau original. Elle fera tout de même le bonheur des discothèques avant qu’un vrai remix ne soit réalisé par John Luongo en 1981 pour un EP américain.

Mais plus que de marquer son époque, Fade to Grey influencera toute une génération d’artistes et est encore aujourd’hui cité comme une référence. Le groupe français Goûts de luxe en fera une reprise, Linda Perry s’en inspirera largement pour le One Word de Kelly Osbourne et Kylie Minogue le samplera sur Like a Drug. Remixé et à nouveau commercialisé en 1993, Fade to Grey fera l’objet d’une nouvelle version orchestrale en 2014 par le groupe Visage reformé, quelques mois seulement avant la disparition de Steve Strange, le 12 février 2015, suite à un infarctus.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s