Kim Wilde – The Second Time

Kim Wilde The Second Time Pop Music Deluxe

En 1983 la carrière de Kim Wilde ne semble la mener nulle part. Pourtant ses débuts fulgurants deux ans plus tôt avec des tubes comme Kids in America, Cambodia ou View from a Bridge semblaient avoir assuré un bel avenir à la chanteuse anglaise. Mais Catch as Catch Can, son troisième album chez RAK, est un échec commercial et seul Love Blonde, le premier extrait, connaîtra un succès modéré.

1984 est donc l’année de la remise en question et du changement. Kim signe un contrat avec le label MCA dont la maison-mère est basée aux Etats-Unis. Une opportunité pour elle d’asseoir sa popularité en Amérique où son premier single (Kids in America) avait atteint la 25e place des charts. Changement rime avec nouveau son et nouveau look et Teases & Dares, l’album qui sort en novembre, marque une cassure brutale dans la carrière de la jeune femme. Produit et composé, comme à l’accoutumée, par Ricky Wilde (son frère) et Marty Wilde (son père), le disque voit également la chanteuse s’impliquer plus activement dans l’écriture. Enregistré dans le studio familial, Teases & Dares offre une collection de dix chansons pop à l’ambiance futuriste et aux arrangements plus expérimentaux, combinant évidemment synthés et boîtes à rythmes, à l’image du premier titre choisi pour promouvoir l’album, The Second Time, qui sort en 45t en octobre 1984. Avec son intro percutante hantée de chœurs masculins scandant « Go » et relayés par un synthé aux intonations épiques, le morceau doté d’un refrain efficace a tout du tube en puissance. Le texte ne fait pourtant pas dans la dentelle, la chanteuse exhortant en effet son amant à remettre ça, « just go for the second time » !

En décalage avec l’image plutôt sage véhiculée jusqu’à présent par Kim Wilde, on s’accorde à lui concocter un look futuriste à la Barbarella qu’elle arborera sur la pochette du 45t ainsi que dans le clip (réalisé par Tom Watkins et qui reprend les codes des dernières photos et de la chanson) et ses prestations télés. Un look qu’on retrouvera également sur la pochette de l’album contre l’avis de la chanteuse de 24 ans qui, partante pour s’amuser le temps d’une pochette de single, ne s’identifie pas du tout à cette image de femme fatale sur la totalité de son nouveau disque.

Kim Wilde Go For It Pop Music Deluxe

Légèrement remixé dans sa version single, The Second Time est édité en maxi avec une version longue et, fait étonnant, la face B du 45t (l’inédit Lovers on a Beach) se voit également rallongée pour le maxi 45t. Face à un accueil critique mitigé le single n’atteint que la 29e place des classements au Royaume-Uni. Il fait un peu mieux en Allemagne où il est 9e tandis qu’il décroche une 7e place en Suisse, une 15e en Belgique et une 23e aux Pays-Bas. En France, où Kim vient présenter son titre dans une poignée d’émission, The Second Time n’entre pas au Top 50. Lancé début 1985 aux Etats-Unis, le morceau est renommé Go for It, un titre plus percutant et qui semble plus adapté au marché local. De nouveaux remixes sont commandés pour l’occasion, l’Extended dance version et la version dub. Petite gloire pour la chanteuse, Go for It pénètre le marché américain et devient son deuxième single classé au Billboard même si ce n’est qu’à la 65e place (il est également 31e du classement des discothèques). Lors de la sortie du troisième single de l’album, Rage to Love, un nouveau remix de The Second Time sera édité sur la face B du maxi 45t : le US remix.

Preuve que l’imagerie science-fiction véhiculée par la promotion du single a fait ses preuves, on peut entendre en 1985 The Second Time/Go for It dans deux séries télé aux univers futuristes : K 2000 et Superminds.

Si l’album Teases & Dares connaît un meilleur parcours que le précédent, on est encore bien loin du succès des débuts. Il faudra attendre le disque suivant pour que Kim Wilde regagne le haut des charts avec sa reprise du tube des Supremes, You Keep me Hangin’ On, puis le succès de l’album Close en 1988 (porté par les hits You Came et Never Trust a Stranger).

Si plus tard Kim Wilde avouera avoir été embarrassée par l’image et la thématique sexy évoquée par The Second Time à l’intérieur d’un album dont elle reste très fière, le titre n’en demeure pas moins l’un des meilleurs moments de la discographie de la chanteuse.

En 1990, un mégamix est réalisé par Emilio Sanchez et Jimmy Jazz pour la face B du single I Can’t Say Goodbye et celui-ci intègre The Second Time au milieu d’autres tubes de Kim Wilde.

L’album Teases & Dares est réédité en 2010 par Cherry Pop dans une édition 2 CD intégrant les faces B inédites ainsi que tous les remixes des extraits de l’album.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s