Marie France – Je ne me quitterai jamais

Marie France - Je ne me quitterai jamais Pop Music Deluxe

Marie France Garcia est née en Algérie et s’installe à Paris en 1962, alors âgée de 16 ans. Précoce, la jeune femme va rapidement devenir l’une des reines de la nuit parisienne avant de se faire engager dans divers cabarets où ses interprétations de Marilyn font sensation, tout autant que ses frasques et ses coups d’éclat. Le personnage Marie France, glamour et sans concession, fascine. On la voit au théâtre ou au cinéma (Téchiné lui offre notamment un joli rôle de chanteuse en 1976) mais la chanson n’arrive que tardivement dans sa carrière.

Le tandem Jacques Duvall et Jay Alanski (qui signeront plus tard les grands succès de Lio), s’intéresse à Marie France et veut lui faire enregistrer un 45t spécialement écrit pour elle. Enregistré en une journée à Bruxelles, le morceau punk-rock Daisy est pressé à 500 exemplaires et la presse rock s’en fait quelque peu l’écho. Mais Alanski a des plans pour Marie France en qui il croit. Si elle enregistre en 1981 son premier album avec le groupe Bijou chez RCA, Duvall et Alanski reviennent à la charge l’année suivante avec la chanson Je ne me quitterai jamais qu’ils lui font découvrir au studio d’Auteuil. Le trip égocentrique du texte (« Je suis prête à tout, tout pour me plaire ») séduit la chanteuse qui enregistre alors son quatrième 45t qui paraît en 1982.

Cheveux courts et blonde platine pour l’occasion, Marie France confie la pochette de son nouveau titre à un autre tandem masculin, Pierre et Gilles, avec qui elle a déjà travaillé plusieurs fois depuis 1979. Le duo d’artistes signe un cliché éclatant sur fond de drapeau tricolore et l’une de leurs premières collaborations avec l’univers du disque après la pochette remarquée du Diamonds for Breakfast d’Amanda Lear. Si certaines radios libres, en pleine explosion, jouent le jeu et diffusent Je ne me quitterai jamais, ce n’est pas le cas des périphériques qui refusent le morceau. Marie France en fera pourtant la promotion jusqu’à l’émission Platine 45, invitée par Jacky et Antoine De Caunes, et tournera un clip sous la direction de son amie Isobel Mendelson. Mais cette innocente partie champêtre, où l’on voit la jeune chanteuse traire une vache ou jouer au strip-poker avec trois éphèbes, ne plaît pas au comité de diffusion de la chaîne musicale de l’époque. RCA expédiera rapidement la promotion du 45t qui tombe rapidement dans l’oubli, avant de renaître quelques années plus tard sous une autre forme…

Duvall et Alanski, qui soutiennent toujours Marie France, lui concoctent une cassette démo de chansons comme La Vérité toute nue ou Les Deux pour le prix d’une. Mais sans l’appui de la maison de disque, la carrière musicale de Marie France s’essouffle et ces morceaux seront proposés plus tard à Lio qui déclarera que Marie France est l’idole de ses débuts. Malgré un peu d’amertume pour ces chansons qu’elle aimait beaucoup, Marie France avouera cependant prendre la situation avec beaucoup de philosophie.

Je casse tout ce que je touche

C’est en 1986 que Je ne me quitterai jamais connaîtra sa seconde vie. Renommée Je casse tout ce que je touche, on garde la musique et l’on y greffe un texte repêché d’une ancienne chanson de Jacques Duvall. La formule est cette fois-ci gagnante et le morceau, extrait de l’album Pop Model de Lio, est un tube pour la chanteuse belge qui, après le succès des Brunes comptent par pour des prunes et Fallait pas commencer, en fait un n°22 au Top 50 français. Sur le même album, Dallas est également une adaptation du Daisy de Marie France.

A la même période, le groupe Amoroso sort lui aussi sa propre version de Je ne me quitterai jamais, mais cette fois avec le texte original écrit pour Marie France. Mais le groupe éphémère composé de Jean Donati, Gaëlle et Ronan Girre ne connaîtra pas plus de succès que Marie France avec sa version.

Preuve de l’amitié qui lie les deux chanteuses, Lio demande à Marie France de l’accompagner pour le lancement de son album Can Can en 1988 pour lequel elle prévoit un show exceptionnel au Lido de Paris. Elles chanteront toutes les deux Les Petites Femmes de Paris puis en trio avec Hélèna Noguerra le classique de Noël Sleigh Ride.

Marie France poursuivra sa carrière d’égérie underground, enregistrant avec Marc Almond, collaborant avec Mirwais ou reprenant le répertoire de Brigitte Bardot. On a pu la voir plus récemment en héroïne de cabaret dans la revue Mugler Follies de Manfred Thierry Mugler.

En 2000, son album 39 de fièvre de 1981 est réédité et propose en bonus Je ne me quitterai jamais ainsi que sa face B Corps diplomatique. En 2019, Marie France publie Tendre assassine, un album écrit par Elisa Point et composé par Léonard Lasry.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s