Sabine Paturel – P’tit bouchon

Sabine Paturel a tout juste 20 ans lorsque sort son premier 45t, une jolie aubaine qui va lui apporter un succès qu’elle n’envisageait peut-être pas. En quelques mois, Les Bêtises est sur les ondes et va marquer toute une génération. Pourtant, à ses débuts, c’est au cinéma que la jeune femme souhaite percer. On la voit d’ailleurs sur les écrans dès 1982 où on lui fait jouer des petits rôles dans des comédies qui n’ont pas beaucoup marqué mais où elle côtoie Daniel Prévost, Thierry Lhermitte ou Michel Galabru. On la voit aussi à la télévision, dans des publicités (notamment l’un des fameux spots Mr Propre) ou dans la série Lili, petit à petit, diffusée sur Antenne 2 en 1986. Mais depuis qu’elle a suivi les cours de Jean-Laurent Cochet (grande figure du théâtre français), elle rêve de mêler comédie et chanson.

Elle rencontre le producteur Bernard Ricci qui la remarque dans l’émission Champs-Elysées où elle est invitée ainsi que la troupe de la pièce La Chienlit avec laquelle elle tourne durant la saison 1983/84. Il lui propose le texte des Bêtises que signe Sylvain Lebel (et qui serait en fait une idée de la chanteuse belge Andrée Simons, décédée en 1984). « Cette chanson, c’était moi et elle était donc vraiment pour moi et Dominique Pankratoff a su trouver la musique qui convenait », commente Sabine Paturel à l’époque. Le personnage de femme enfant aux propos parfois ambigus qu’on lui confectionne lui va comme un gant et, désormais signée sur le label Carrère, la jolie comédienne se lance avec entrain dans le paysage musical français.

Il faudra néanmoins quelque mois avant que le 45t ne sorte mais la comptine que récite Sabine Paturel en 1986 raisonnera rapidement dans toutes les têtes : « J’ai tout mangé le chocolat, j’ai tout fumé les Craven A… ». La liste des bêtises qu’égrène la jeune femme à l’infini va lui permettre de gravir en quelques semaines les marches du Top 50 où elle squattera la 2e place pendant 4 semaines en mai 1986. En tout, le 45t reste classé 30 semaines dans le top dont 19 dans les 10 premières places. Le titre est suffisamment malicieux pour marquer les esprits et aujourd’hui encore il compte parmi les standards de la variété des années 80. Pour preuve, Julien Doré en interprète une version tout à fait personnelle sur le plateau de la Nouvelle Star en 2007 et, dans un autre genre, Bébé Lily en fait à nouveau un tube en 2006 (dans une version légèrement censurée). Les Bêtises est disque d’or et se vend à plus de 700 000 exemplaires en France.

Rebondissant sur ce succès, Sabine lance dans la foulée un deuxième 45t, P’tit bouchon. On change les auteurs/compositeurs (Claude Lemesle et Sylvain Collaro, le frère de Stéphane Collaro, tandis que Sabine participe cette fois à l’écriture) mais le ton qui a fait le succès des Bêtises reste le même. « Je ne veux pas, surtout pas, que ce soit Les Bêtises bis. Ce n’est pas parce qu’une chanson marche bien qu’il faut refaire la même », déclare-t-elle pourtant après son premier succès. Dans P’tit bouchon, la jeune femme facétieuse s’adresse encore une fois à son amant avec candeur et humour sur une musique synthé entraînante. C’est à nouveau un succès puisque le titre atteint la 13e place du top fin janvier 1987. Mais la chanteuse qui se voit sans doute déjà enfermée dans un personnage, dont elle aura du mal à se défaire, sent le vent tourner. Étant donné que les deux premiers 45t ont été des succès, elle accepte d’enregistrer un album, Cœur bébé. Pour les singles suivants elle s’implique davantage dans l’écriture tout en essayant déjà d’amorcer une évolution. Mais les morceaux sont des échecs : Je craque, Maladie d’été, Caramel mou, caramel dur (à l’ambigüité à peine dissimulée), n’intègrent pas les classements. Elle souhaite alors changer radicalement de registre mais sa maison de disques l’en empêche.

Comme en parallèle Sabine Paturel poursuit une très jolie carrière au théâtre, et reçoit une nomination aux Molières pour son rôle dans La Menteuse, elle décide de laisser de côté la chanson et de se consacrer entièrement au théâtre qui lui offre des rôles importants, aussi bien dans des classiques que dans des pièces de boulevard.

Elle reprend pourtant le chemin des studios en 1990 et sort deux 45t chez Ariola : Insatiable et rebelle (signé Hervé Christiani) et Traces de stress. En 1996 elle reprend des succès de la chanson française pour une collection des éditions Atlas. Un best of de 20 titres sort en 2002 et en 2009 elle enregistre deux albums destinés aux enfants. La même année elle participe à la RFM Party 80 et l’incroyable ferveur du public lui redonne le goût de la chanson. Elle remonte sur les planches en 2010 pour 40 représentations exceptionnelles de la pièce J’ai deux mots à vous dire de Jean-Pierre Delage où elle peut mêler chant et comédie, ses deux passions. En 2014 elle publie un nouvel album, Atmosphère, et en 2020 le single Putain de monde.

Un commentaire

  1. Et dire que Sabine Paturel est ringarde aujourd’hui, et que la chanteuse à la mode, et qu’il faut ainsi aimer pour ne pas être un ringard, c’est Aya Nakamura. Triste variété française actuelle qu’on nous impose.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s