Chanteur des 80’s : Pascal Zuger

Originaire de Suisse, Pascal Zuger est très tôt résolu à poursuivre une carrière artistique. S’il se forme tout d’abord au métier de prothésiste dentaire, il est bientôt rattrapé par sa passion des arts de la scène et de la musique. En parallèle des cours Florent qu’il fréquente à Paris, on le voit dans quelques fictions et court-métrages, notamment en 1983 dans une fiction-débat autour du thème de l’homosexualité que diffuse la télévision suisse. C’est la même année qu’il fait une rencontre déterminante, celle d’un couple d’auteurs-compositeurs : Jean-Louis et Louise Richerme qui croient en lui et vont composer sa première chanson, Mystérieusement. Sur une italo-disco efficace et bien troussée, le jeune homme de vingt ans qui réside à Genève incarne un personnage énigmatique grâce à un texte qui se veut à la fois ésotérique et spirituel, évoquant le thème du dédoublement et de l’esprit qui voyage. Le tout est mixé aux fameux studios Mountain à Montreux par David Richards qui officie pour Queen, Bowie ou encore Patrick Juvet. Ce premier 45 tours, co-production indépendante de Michel Dami et Pascal Zuger lui-même, reçoit d’emblée un très bon accueil des médias suisses qui consacrent au jeune chanteur articles de presse, émissions télé ainsi que de bonnes rotations sur les ondes. 8 000 exemplaires du disque trouveront preneurs en Suisse romande, un succès dans ce petit territoire francophone du pays.

Passionné d’équitation, Pascal Zuger arbore lors de sa première télévision cheveux longs et tenue de jockey laissant peu de place à l’imagination, suffisant pour séduire aussi bien la gent féminine que masculine. « Il a le charisme et le talent, manque plus qu’un petit coup de chance » proclame un journaliste qui lui consacre un reportage télévisé, car le jeune chanteur a bien entendu le désir d’exporter sa musique hors des frontières de son pays natal et de tenter sa chance à Paris.

L’enregistrement d’un deuxième 45 tours sera l’occasion d’une distribution française par Polydor et d’une tournée promotionnelle, notamment en discothèques. Unisex est le titre coup de poing de cette nouvelle chanson qui ne tient pas à passer inaperçue : « Unisex, t’es un homme, tu veux être une femme, Unisex, t’es une femme, tu veux être un homme ». Le message transidentitaire est plutôt inhabituel et courageux en 1985 dans une chanson pop-disco, surtout pour un artiste en début de carrière. « Ce n’était pas mon intention de provoquer en faisant cette chanson, au contraire c’est plutôt un appel à la tolérance parce que j’ai envie que les gens comprennent et que les gens acceptent l’unisex sous ses formes diverses », commente-il à l’époque.

Ses origines, son look, son style musical, tout concourt à ce que Pascal Zuger soit comparé à son idole Patrick Juvet, une influence revendiquée (Unisex est le titre d’une chanson de son album de 1973). C’est d’ailleurs ce dernier qui donne un coup de main au jeune chanteur en signant la direction artistique du troisième 45 tours, Pharaon, qui s’inscrit dans la même lignée que les titres précédents. Pour la première fois, Zuger écrit et compose la face B, la ballade Dors, tu t’endors.

En 1986, toujours diffusé par Polydor, c’est le chanteur Bruno Grimaldi qui lui écrit Vous, son quatrième single. Le suivant, en 1987, a presque valeur prémonitoire, intitulé Le Dernier Voyage (qu’il signe paroles et musique), il est la dernière parution discographique de la décennie pour le jeune chanteur. La ballade ne convainc pas, malgré la présence du guitariste John Woolloff qui travaille à la même époque pour toute la variété française (Jeanne Mas, Balavoine, Nougaro, Julie Pietri, Catherine Lara…).

Il opère un retour en 1991 sur le label Epsilon (spécialisé dans le disque d’humour : Palmade, Bigard…) avec le mystique Bénédictus (à nouveau de sa plume) et une chorale genevoise. Malgré une télévision en France chez Jacques Martin « la promotion de Bénédictus s’est arrêtée net, commente-il, j’allais ouvrir une parenthèse, plus introspective, plus solitaire, un retour aux sources… »

Il ressurgit pourtant ponctuellement, comme lors de la soirée du 31 décembre 1999 pendant laquelle il interprète un morceau dance à la télévision suisse. On le retrouve ensuite lors des célébrations de l’Exposition nationale suisse de 2002 en tant qu’assistant à la mise en scène du spectacle d’ouverture où est joué son nouveau titre Prometheus. En 2006, il met en scène une version musicale de Dracula. Plus récemment, en 2018, il fait l’ouverture du Festival LGBT Everybody’s Perfect en tant que chanteur d’Unisex puis il se produit au Moulin rouge, discothèque genevoise, avec ses chansons des années 80. Un best of CD est même annoncé (et visiblement pressé en petite quantité) mais est aujourd’hui introuvable. Annonçant son retour avec un double album en 2019, une cagnotte est lancée sur un site participatif mais ne rencontre pas le succès espéré. Depuis, c’est silence radio…

3 commentaires

  1. De tentatives de retour en tentatives de retour, mais quand ça veut pas…
    Cela dit, ça me paraissait couru d’avance, j’ai essayé d’écouter les 4 premiers titres du jeune homme, que dire… enfin, j’ai vraiment pas trouvé ça bon. « Unisex » était sans doute courageux en 85 mais les paroles sont d’une indigence ! Accessoirement, ça m’a moins fait penser à Juvet qu’à Corynne Charby (en moins bien) jusque dans les intonations. Pourtant, le gars avait en effet mis « le paquet » pour ne pas passer inaperçu lors de sa première télé de chanteur, j’ai pas pu m’empêcher d’aller vérifier sur YT si ce n’était pas votre capture d’écran qui était trompeuse… 😉 Si on va jusqu’à la fin de la vidéo, l’animateur suisse, en voulant revenir sur le premier single de Zuger, lui lance « je rappelle le titre de votre dernier 45t », un lapsus quasi prémonitoire…
    En tout cas, bravo de remettre un coup de projecteur aussi complet sur ces étoiles filantes. Je ne connaissais pas du tout Pascal Zuger même s’il me paraîtrait très abusif de dire que ce jeune talent a disparu « mystérieusement »… 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Merci pour ce bel article. J ai rencontré Pascal à l époque de Benedictus. Ce titre date de 1991 et non 1995. Il y a une erreur sur discogs. D ailleurs ce titre est sorti une première fois puis à été remixé façon enigma. Sans plus de succès. Le 45 trs était difficile à trouver à l époque….

    Aimé par 1 personne

Répondre à Cyril Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s