Elli Medeiros – A bailar Calypso

Née à Montevideo, en Uruguay, Elli Medeiros débarque en France avec sa mère à l’adolescence alors qu’elle ne parle pas un mot de français. Mais la jeune femme apprend vite et en 1973, au détour d’une manif, elle rencontre Denis Quilliard (alias Jacno) avec qui elle va fonder le groupe punk rock Stinky Toys. Avant même de décrocher un contrat avec un label français, le groupe fait la une du magazine anglais Melody Maker mais se sépare en 1979 après seulement deux albums et un succès plus critique que populaire. Stinky Toys se débarrasse de ses musiciens et devient simplement Elli et Jacno en 1980. Les deux enfants de la pop inventent ensemble un son qui va influencer une génération de jeunes artistes français et se font remarquer avec les 45 tours Main dans la main et Je t’aime tant. Elli et Jacno auront ensemble une fille, Calypso, avant de se séparer car le travail et la vie de couple deviennent vite incompatibles.

Entre-temps, Elli a fait quelques brèves apparitions au cinéma et en 1986 elle démarre sa carrière de chanteuse en solo avec la complicité de Ramuntcho Matta, son compagnon. Le compositeur, qui a déjà demandé à Elli de poser sa voix sur ses propres albums, va aider la jeune chanteuse à développer une petite chanson qu’elle a composée à la guitare et qui va devenir Toi mon toit. Le 45 tours sort chez Barclay en 1986 et s’impose, grâce aux efforts de Philippe Constantin, directeur du label, comme l’un des succès surprise de l’année. Le côté léger, rythmé, expérimental et enfantin de la chanson séduit et place Toi mon toit à la 22e marche du Top 50 en novembre, frôlant les 200 000 ventes.

Un joli succès qui encourage le duo à poursuivre ses efforts avec un second 45 tours commercialisé début 1987 : A bailar Calypso. Toujours signé Medeiros / Matta, le morceau à l’ambiance estivale joue à nouveau sur les rythmes latins et les cuivres avec un texte sous forme de comptine adressée directement à la fille de la chanteuse. La chanson est d’abord jouée sur scène en première partie d’Etienne Daho à l’Olympia en octobre 1986 : « Pendant notre demi-heure de prestation, je chantais A bailar Calypso en espagnol. Avec Ramuntcho, nous avions composé ce titre pour ma fille Calypso. On lui jouait, c’était sa chanson. C’est très traditionnel d’inspiration. Constantin était dans la salle et m’avait demandé d’écrire un texte en français », expliquait la chanteuse à Platine en 1998. La petite Calypso semble beaucoup inspirer sa maman qui avait déjà utilisé ses jouets pour la musique de Toi mon toit et qui lui offre sa première apparition sur le petit écran dans le clip de la même chanson. Dans les chœurs de Red Roses, la face B de A bailar Calypso, on retrouve l’ami Etienne Daho, fan de longue date.

C’est un autre ami de la chanteuse qui a pour habitude de l’habiller à l’époque, le créateur Jean-Charles de Castelbajac. Pour le tournage du clip de son nouveau single, dont elle assure pour la première fois la réalisation seule, Elli lui commande une robe recouverte de motifs traditionnels d’Amérique latine (lune, poisson, couronne…) en accord avec son univers et sa personnalité et qui lui permet également de cacher un début de grossesse. Toujours dans l’univers de la mode et des créateurs, Elli s’associe à Pierre Cardin et son parfum Choc pour lequel une publicité reprenant le visuel de la pochette du disque est glissée dans le 45 tours (« Tu prendras Choc de Cardin en plein cœur et A bailar Calypso dans la tête »).

Edité en 45 tours et maxi, A bailar Calypso profite de son refrain en espagnol et de son ambiance festive pour sortir dans toute l’Europe et au Canada. La version longue, de seulement quelques secondes de plus que celle présente sur l’album, ajoute un refrain supplémentaire dépouillé de certains instruments vers la fin du morceau. Entré au Top 50 au mois de mars et après avoir atteint la 24e place en mai, le 45 tours s’exporte à l’été aux Pays-Bas et en Italie, pays dans lesquels il pénètre le top 40, et affiche de fortes rotations au Québec. Un joli succès qui se limitera cependant à ce seul morceau. Dans les clubs français, A bailar Calypso est l’une des 15 meilleures diffusions du mois de juin.

Bom Bom…, le premier album de la chanteuse, paraît la même année mais le single suivant, l’éponyme Bom Bom, rate de peu le Top 50. En 1989 un deuxième album, sobrement intitulé Elli et toujours concocté avec la complicité de Ramuntcho Matta, passe inaperçu et la chanteuse se consacre alors au cinéma (Pourquoi pas moi ?, Vénus Beauté, Après lui…). En 2006, grâce à l’insistance d’Etienne Daho, elle publie un troisième album, EM, produit par le chanteur et pour lequel elle reprend quelques morceaux de Stinky Toys. En 2008 elle reprend Les Bords de Seine et Jungle Pulse sur l’album hommage Tombés pour Daho. La même année elle est à l’affiche du film argentin Leonora qui est présenté en sélection officielle au Festival de Cannes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s