Pet Shop Boys – Domino Dancing

En 1988, les Pet Shop Boys sortent tout juste de l’immense succès de leur deuxième album Actually qui a engendré pas moins de quatre tubes (It’s a Sin, What Have I Done to Deserve This?, Rent et Heart). Après un film musical moyennement bien accueilli, le duo Neil Tennant / Chris Lowe est de retour peu de temps après avec un nouvel album, Introspective. Un disque qui va recycler en grande partie des morceaux déjà existants mais qui bénéficiera d’un parti pris artistique inédit : « Nous avons voulu aller au-delà du concept traditionnel de la chanson de trois minutes que l’on remixe par la suite pour en faire une version étirée de huit minutes. Nous avons construit des pop-songs de huit minutes, incorporant les effets jouissifs d’un remix à la base du morceau. Le concept des Pet Shop Boys est, depuis le début, de faire de la disco avec des chansons et des textes intéressants », explique Neil à la sortie d’Introspective, un LP de six longs morceaux qui va connaître un très beau succès commercial et critique.

En avant-première de l’album sort le 12 septembre 1988 un premier extrait, Domino Dancing. Le morceau existe déjà sous forme de maquette depuis un peu plus d’un an mais il lui manque un refrain que les deux musiciens n’arrivent pas à imaginer. La composition a pourtant déjà une influence musicale très précise avec des ambiances latines inspirées par la tendance du moment : « On voulait écrire quelque chose de latino parce qu’on allait souvent en Amérique où on entendait tous ces disques latino hip hop qu’on aimait bien », commente Neil en 2001 pour la réédition de l’album. Profitant d’un séjour promotionnel américain, Neil et Chris réservent un studio d’enregistrement à Los Angeles pour poursuivre le travail sur ce morceau qui semble leur tenir à cœur et le besoin d’un refrain commence à se faire urgemment sentir. C’est Chris qui va débloquer la situation en suggérant un changement d’accord qui permet à Neil d’enchaîner spontanément sur les « All day, all day » du refrain. Satisfaits de la tournure que prend la chanson, les garçons repartent avec un instrumental mais toujours pas de paroles.

Lors de récentes vacances aux Caraïbes où il n’y avait pas grand-chose d’autre à faire que de jouer aux dominos avec leur assistant Pete Andreas, ce dernier se met régulièrement à effectuer une danse de la victoire à chaque partie remportée. Il n’en faudra pas plus pour que cette « danse du domino » inspire à Neil le texte de la chanson : « Ça m’a fait penser à la théorie des dominos, tu en fais tomber un et ils tombent tous. On parlait beaucoup de l’effet domino à l’époque, que si le Vietnam devenait communiste ça entraînerait toute l’Asie du sud-est. L’idée dans la chanson est celle d’une personne si séduisante qu’elle plaît à tout le monde et de la difficulté de sortir avec quelqu’un d’extrêmement beau parce qu’on ressent de la jalousie. Les gens qui s’écroulent sont ceux avec qui elle danse, elle les renverse tous ».

Pour réaliser Domino Dancing, Pet Shop Boys souhaite faire appel à l’Américain Lewis Martinée, producteur entre autres du groupe Exposé : « Une personne de leur label m’a appelé pour me demander si j’aimerais travailler avec eux. Je me souviens que j’ai failli tomber de ma chaise quand on m’a demandé ça. J’ai répondu : « Je le ferai même pour rien ! » (rires) Et j’étais sérieux ! Quand ils sont arrivés au studio, ils avaient déjà la mélodie et les paroles, donc j’ai ajouté la musique, évidemment, parce que ça ne ressemble à rien de ce qu’ils avaient déjà fait. J’ai fini par faire un remix très freestyle, mais la version originale ne ressemblait pas à ça », se rappelle-il pour No Echo en 2016. Le producteur invitera de nombreux musiciens de la scène musicale de Miami à participer à l’enregistrement, de la guitare à la trompette en passant par les chœurs.

Le clip de la chanson sera réalisé par Eric Watson, ancien photographe du magazine Smash Hits et collègue de Neil Tennant lorsqu’il en était rédacteur, et tourné durant quatre jours à Porto Rico (avec notamment un jeune Ricky Martin en figurant durant les scènes de danse), mettant en scène un triangle amoureux à l’esthétique homo-érotique appuyée qui sera très remarquée à l’époque.

La version single de 4 mn 17 de Domino Dancing sera donc étendue à 7 mn 40 par Lewis Martinée pour figurer sur l’album Introspective. Sur la face B du 45 tours est placé Don Juan, un titre inédit commencé en 1978 et à l’esprit latin que Neil trouve pertinent de réinterpréter ici. Un premier maxi 45 tours offre la version album de Domino Dancing sous-titrée Disco Mix, ainsi qu’un mixage alternatif sans percussions (que Neil et Chris affectionnent particulièrement) et une version longue de Don Juan, tandis qu’un deuxième maxi propose les maquettes des deux titres ainsi que le Base Mix de Domino Dancing. Pour illustrer la pochette, un Polaroïd des deux musiciens posant devant une camionnette sur la plage de leur hôtel à Miami.

Atteignant la 7e position des charts au Royaume-Uni (une déception qui signe pour Neil la fin de la suprématie de PSB sur les classements), Domino Dancing est n°1 en Espagne, n°3 en Allemagne et seulement 40e en France en décembre malgré une première position en discothèques. Domino Dancing, avec ses ambiances dansante et estivale sur un sujet plutôt grave et amer, reste aujourd’hui l’une des compositions phares de Pet Shop Boys.

2 commentaires

  1. J’ai revu le documentaire  » A Life in pop » il ya peu… et les boys y expliquaient que dans leur idée, il n’y avait rien d’homo-érotique dans le clip… Pour eux, c’était juste 2 gars qui se battaient pour la même femme, mais préféraient leur amitié à la relation amoureuse à la fin… Il n’était pas dit dans leur esprit qu’on pouvait s’imaginer que les 2 gars finissent « ensemble » dans le clip, comme quoi les interprétations…

    Reste que ce titre est un des meilleurs qu’ils aient jamais écrit, et la production de Lewis A Martinée y est impeccable ! (Je conseille d »ailleurs les excellentes ressorties des premiers albums d’Exposé au passage…)

    « Introspective », pour moi, c’est le deuxième album de la série des « Disco », car il ressemble dans sa construction énormément à leur premier album remix…

    Aimé par 1 personne

    • Ils peuvent bien dire ce qu’ils veulent, ils n’ont pas réalisé le clip 😉 Et Neil a d’ailleurs déclaré bien plus tard que l’homo-érotisme du clip, c’était l’idée du réalisateur.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s