Carol Arnauld – C’est pas facile…

Depuis toute petite Carol Arnauld a la musique dans le sang. À l’adolescence, elle se prend de passion pour Claude François dont elle suit la carrière mais aussi les tournées. Elle s’initie à la guitare durant les vacances scolaires et reprend ses airs préférés de Véronique Sanson ou de Francis Lalanne. Petit à petit, elle se prend au jeu et, avec la complicité de sa mère et de son frère Arnauld dont elle est très proche, elle participe à des concours régionaux et en remporte même certains. Son frère aimerait la voir faire carrière, mais il disparaît soudainement en 1983 dans un accident de voiture. L’événement tragique inspirera un an plus tard à sa sœur une chanson. De retour de la plage, elle entre dans la caravane où sa mère garde toujours une photo de son frère et, en la regardant, l’air de la chanson lui vient instantanément. « C’est pas facile de regarder une photo de toi… »

Carol joue dans des casinos, mais aussi dans le métro parisien, à la station Franklin Roosevelt, où elle met sa timidité à l’épreuve pendant deux ans, le soir. Durant un peu plus de deux heures, elle s’accompagne à la guitare devant un public qui draine de plus en plus d’habitués, sous le regard bienveillant des agents de sécurité qui sont impressionnés par le talent de la jeune femme. Elle avouera même certains soirs repartir avec en poche entre 700 et 800 francs.

Puis c’est une rencontre qui va précipiter son destin. En avril 1985, alors qu’elle se produit dans une discothèque, un animateur radio la présente à Vline Buggy (qui a écrit de très nombreuses chansons pour Claude François, Hugues Aufray, Sheila, Johnny Hallyday, Herbert Léonard…). C’est pas facile…, la chanson écrite et composée par Carol, la séduit, et elle décide de la produire avec sa société d’éditions Céline Music. Un premier 45 tours est enregistré par Bernard Estardy en septembre au studio CBE à Paris, distribué par Polydor.

C’est pas facile… sort en février 1986 avec en face B J’voudrais faire quelque chose pour toi, une chanson écrite avec Vline Buggy. Carol, de son vrai nom Valère, adopte le prénom de son frère comme nom de scène et devient Carol Arnauld sur la pochette de son premier disque où elle apparaît photographiée par Bettina Rheims.

La promotion télé démarre en avril et Carol se retrouve dès le 26 dans Champs-Élysées car sa chanson a été repérée par la programmatrice de l’émission. C’est pas facile… va prendre son temps mais va finir par s’imposer grâce aux efforts de Vline Buggy et de son attaché de presse. La ballade sur laquelle la chanteuse met en mots la douleur de l’absence avec simplicité résonne bien évidemment avec ce qu’ont déjà pu vivre de nombreux auditeurs. Le thème est universel et l’interprétation sincère de Carol va bientôt émouvoir la France entière. C’est en septembre que le disque décolle enfin et fait son entrée au Top 50. Il atteindra la 10e place en novembre et se vendra en tout à plus de 250 000 exemplaires, un très beau succès. « Je pense que si j’y suis arrivée, c’est que les gens avaient peut-être besoin d’une chanson comme ça, et j’en suis très heureuse », dit-elle à l’époque.

Un album est déjà prêt et Carol l’annonce tout d’abord pour octobre 1986. Mais l’échec du single suivant, J’ai grandi trop vite, retarde sa sortie. Il n’arrivera finalement que début 1988, au même moment que le single Toi qui voulais un enfant et que les premières scènes en première partie de Karim Kacel. Mais la chanteuse se heurte aux réticences des programmateurs radio qui lui reprochent de s’enfermer dans un style de chansons tristes au sujet grave. Difficile de faire sa place et de confirmer un premier succès. « Arriver comme ça avec de la musique un peu traditionnelle, ça n’est pas évident », analyse Carol en juin 1988.

Elle revient donc l’année suivante avec un thème plus enjoué qui parle à ses origines antillaises, Musique black, qu’elle écrit avec Jacqueline Taïeb et dont Carole Fredericks assure les chœurs. Puis en 1992, c’est un deuxième album, Temps denses, entièrement écrit, composé et réalisé par Jean-Paul Dréau, qui va passer inaperçu. En 1995, un troisième album enregistré ne sortira pas et Carol met un terme à sa carrière dans la chanson, soulagée, d’une certaine façon, de n’avoir plus à affronter ce trac qui ne la quitte jamais.

Elle se lance alors dans la restauration et dans la gestion de chambres d’hôtes avant de refaire une apparition en 2010 sur la scène de la tournée Âge tendre qui passe à Chalon où elle réside. L’expérience lui redonne l’envie d’un disque qu’elle prépare avec d’anciennes et de nouvelles chansons, et qu’elle annonce pour septembre 2011 mais qui reste à ce jour inédit.

Le 9 septembre 2022, Carol Arnauld nous quitte à seulement 61 ans, des suites d’une longue maladie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s