Mike Oldfield – To France

Mike Oldfield - To France Pop Music Deluxe

En 1984, Mike Oldfield signe un retour en accord avec son temps. Le multi-instrumentiste anglais livre en effet avec Discovery un premier album intégralement composé de chansons pop-rock, dans la continuité de son précédent disque Crises publié l’année précédente et soutenu par le tube Moonlight Shadow. Mais si Crises portait encore l’héritage des albums aux longues plages instrumentales affectionnées par le musicien en ne proposant des titres aux formats « chansons », plus traditionnels et radiophoniques, que sur sa face B, Discovery s’ancre directement dans les années 80 en sept pop songs plus un instrumental en guise de conclusion.

Mike Oldfield devient célèbre en 1973 avec un premier album aujourd’hui mythique, Tubular Bells, disque composé de deux plages instrumentales à l’ambiance new age et rock progressif. Ce chef-d’œuvre qui révolutionne son époque et sur lequel Mike joue lui-même de tous les instruments, est le premier disque à paraître sur le nouveau label Virgin Records. Un joli coup qui vaut à l’album et à son auteur un succès international immédiat et des ventes qui dépassent aujourd’hui les 15 millions d’exemplaires. Le thème de Tubular Bells restera célèbre notamment par son utilisation dans le film L’Exorciste et sera récompensé d’un Grammy Award aux Etats-Unis. Mike Oldfield va ensuite enchaîner les albums sur le même principe en variant les compositions, les structures et les genres (se permettant même une incursion dans la musique disco avec Guilty ou encore en reprenant ABBA) bâtissant une œuvre dont on retient surtout les envolées folks aux accents celtiques. Une marque de fabrique qu’on va bien sûr retrouver dans les compositions plus calibrées radios que sa maison de disques l’encourage à poursuivre après le succès de Moonlight Shadow, titre sur lequel il fait chanter Maggie Reilly et qui se classe n°1 dans une dizaine de pays.

L’album Discovery sort le 25 juin 1984 et est précédé d’une semaine par le premier extrait, To France, dont l’intro à la mandoline est immédiatement identifiable. Les instruments sont à nouveau tous joués par Mike (sauf les percussions confiées à Simon Phillips), et la guitare, son instrument fétiche, est mise en avant sur les parties instrumentales de ce disque mixé à Francfort dans le studio de Frank Farian, le producteur de Boney M.

Maggie Reilly, devenue l’une des vocalistes attitrées de Mike Oldfield, y chante à nouveau, sur des paroles qui évoquent Mary Stuart, reine d’Ecosse, une référence qui inspire Mike et qui lui semble tout à fait appropriée au morceau développé à partir d’une petite mélodie qui lui trotte dans la tête depuis quelques temps. Chanteuse écossaise, Maggie Reilly se produit dans des groupes depuis le début des années 70 et restera célèbre pour sa collaboration avec Mike. C’est en Suisse, dans le studio que le musicien vient tout juste d’installer afin de travailler sur son album, qu’elle vient enregistrer ses voix. Mike Oldfield vient en effet d’y élire domicile afin d’échapper à une fiscalité britannique lourde et c’est là qu’il produit l’album en six mois (entrecoupés de sessions pour la création de la BO du film The Killing Fields) dans une maison à Villars-sur-Ollon, près du lac de Genève.

To France ouvre l’album de façon magistrale et renouvèle, dans une moindre mesure, le succès de Moonlight Shadow. Top 10 dans toute l’Europe, c’est un gros succès en France (plus de 200 000 ventes) même si le 45t n’intègre les charts qu’en fin d’exploitation à la 24e place du Top 50 créé en novembre. Etrangement, au Royaume-Uni, To France n’atteint que la 48e place. Il faut dire que les fans de la première heure ne sont pas tous enchantés du glissement de l’œuvre du musicien vers un son plus commercial. Pourtant Discovery lui apporte un tout nouveau public qui va redécouvrir son travail avec plaisir et qu’il va rencontrer durant sa tournée 84 qui passe par toute l’Europe (dont 10 dates en France parmi lesquelles le Théâtre Antique d’Orange, les arènes de Dax et Bercy) mais pas par le Royaume-Uni.

To France est édité en maxi 45t incluant une version longue du titre couplée à deux instrumentaux inédits, Bones et In the Pool.

Le titre sera réenregistré à deux reprises par Maggie Reilly en 1996 et 2009 sur ses propres albums et est repris en 2011 par Kim Wilde (sur son album de reprises Snapshots) puis par Nolwenn Leroy (sur son album concept Bretonne). En 2013 To France est remixé sur Tubular Beats, un album de remixes sur lequel Mike Oldfield collabore avec York, un duo de musiciens allemands.

Un commentaire

  1. Maggie Reilly n’est pas la seule à chanter sur cet album puisqu’il y a aussi Barry Palmer, qu’on pouvait entendre précédemment dans « Crime of passion ». C’est dans « Tricks of the light » qu’ils chantent tous les deux ensemble. Seconde précision, « The lake » lui a été inspiré par la vue du lac. Dernière info, le CD remasterisé de 2016 inclus la version longue de « To France », les face B des deux 45 Tours, sans oublier la version instrumentale de « Tricks of the light. »

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s