Limahl – The NeverEnding Story

Limahl - The NeverEnding Story Pop Music Deluxe

En 1984 Limahl (anagramme de Christopher Hamill) a 25 ans et vient de passer une année sous les feux de la gloire, propulsé au sommet des charts grâce à un seul tube, Too Shy, qu’il porte en tant que leader du groupe Kajagoogoo. N°1 au Royaume-Uni, en Allemagne et n°5 aux Etats-Unis le premier single du jeune groupe anglais est le carton de l’année 1983. Mais après seulement quelques mois de promotion intense, le groupe décide de se séparer de son chanteur. Une décision catégorique émanant d’un manager inexpérimenté et peu scrupuleux que Limahl apprend avec stupeur par téléphone. Kajagoogoo a-t-il peur d’un leader trop charismatique ? Peu importe, Limahl rebondit immédiatement en enregistrant un premier single en solo pour sa maison de disque EMI. Only for Love sort en 1983, écrit et composé par le chanteur. Le 45t est un petit succès qui atteint la 16e place au Royaume-Uni et la 51e au Etats-Unis, suffisamment encourageant à l’époque pour enregistrer tout un album. Produit par Tim Palmer (qui avait travaillé sur le premier album de Kajagoogoo) et avec Anne Dudley (du groupe Art of Noise) en charge de l’arrangement des cordes, Don’t Suppose, le premier album solo de Limahl, sort en 1984 sans rencontrer le succès escompté.

Invité peu après au Tokyo Music Festival pour la promotion de son 45t, le jeune artiste va faire une rencontre déterminante grâce aux efforts de son manager Billy Gaff (anciennement manager de Rod Stewart). Giorgio Moroder se trouve également à Tokyo pour le festival. Le musicien et producteur italien est à l’origine du succès de Donna Summer (Love to Love You Baby, I Feel Love…), a remporté un Oscar pour la musique du film Midnight Express et pour la chanson thème du film Flashdance, What a Feeling. Ce roi du disco est en train de mettre la touche finale à sa prochaine bande originale destinée au film L’Histoire sans fin et cherche une voix pour le thème principal. L’insistance du manager de Limahl fait mouche et le chanteur reçoit bientôt une démo de la chanson sur laquelle les parties vocales sont interprétées par Beth Anderson, choriste de studio de Moroder. Pas franchement emballé par le titre, Limahl se laisse finalement convaincre par l’enthousiasme de son manager et part enregistrer sa partie dans les studios de Moroder en Allemagne. The NeverEnding Story comprend des notes hautes difficiles à atteindre et il faudra un petit moment au chanteur pour se sentir à l’aise.

Limahl se rend compte peu après l’enregistrement que les chœurs de Beth Anderson ont été conservés et intégrés à la chanson qui devient alors presque un duo. Une combinaison harmonieuse qui ravit le chanteur. EMI, tout d’abord peu impressionné par le résultat final, se laisse convaincre (encore une fois grâce à la ténacité du manager Billy Gaff) et signe la BO de L’Histoire sans fin. Ce conte fantastique réalisé par l’Allemand Wolfgang Petersen, adapté du roman de Michael Ende, est un succès qui marquera la jeunesse des années 80. La bande originale intègre quelques morceaux de Giorgio Moroder qui s’ajoutent, pour l’international, à ceux de Klaus Doldinger (qui signe pour l’Allemagne l’intégralité de la BO à lui seul).

Limahl - The NeverEnding Story maxi Pop Music Deluxe

Le 45t The NeverEnding Story interprété par Limahl en est extrait et atteint la 1ère place en Suède, Norvège, Espagne. C’est un top 5 dans le reste de l’Europe, un top 20 aux Etats-Unis et une 4e place au Royaume-Uni où un disque d’argent est obtenu pour plus de 200 000 exemplaires vendus. On retrouve en face B l’instrumental Ivory Tower, superbe morceau électro signé Moroder qui bénéficie même d’une version longue en maxi 45t. Pour la France et le Canada francophone, une version en français de The NeverEnding Story est enregistrée en mot à mot par Limahl qui ne maîtrise pas la langue. Les chœurs de Beth Anderson sont remplacés par ceux d’Ann Calvert (choriste notamment de Laurent Voulzy, France Gall ou Rose Laurens) et les paroles adaptées par Pierre-André Dousset, parolier de Mireille Mathieu. Placé chez nous en face B du 45t, The NeverEnding Story est un vrai succès qui reste 21 semaines au Top 50 et se classe 7e fin avril 1985 pour des ventes avoisinant les 400 000 exemplaires. Plusieurs versions longues paraissent en maxi 45t (Club Mix, 12’’ Mix, Dub Mix) ainsi qu’une version instrumentale.

Suite au succès du 45t, EMI réédite le premier album de Limahl et remplace le titre The Greenhouse Effect (considéré comme le plus faible du disque) par The NeverEnding Story, faute de place sur le vinyle. La nouvelle édition permet à l’album de se classer modestement 63e au Royaume-Uni et 41e aux Etats-Unis. Il est par contre n°1 pendant six semaines en Norvège, 5e en Suède et 6e en Suisse et en Allemagne.

En 2014, Don’t Suppose est réédité en double CD incluant en bonus remixes, faces B et inédits. On dénombre deux clips vidéos différents pour la chanson, l’un avec Limahl et sa choriste et l’autre avec uniquement Limahl et intégrant de larges extraits du film.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s