Les succès de 1981 (3)

Retour en 1981 à travers cinq succès qui ont ponctué l’année musicale et qui ont figuré parmi les meilleures ventes.

Alain Bashung – Vertige de l’amour

Alain Bashung Vertige de l'amour Pop Music DeluxeAprès le succès de Gaby oh ! Gaby en 1980, le tandem Boris Bergman / Alain Bashung récidive avec Vertige de l’amour qui va définitivement enterrer l’image d’artiste confidentiel du musicien et l’installer durablement dans la chanson rock française. « Il avait le texte mais il n’aimait pas le début », confie Boris Bergman à Télérama en 2009. Le parolier va donc reprendre les premières lignes du texte à partir d’un petit aparté qu’il avait écrit pour inclusion entre les morceaux de l’album en cours, une idée qui vraisemblablement ne plaisait pas à Bashung. Le titre de la chanson, quant à lui, lui viendra très spontanément après avoir remonté sa braguette un peu trop vite, comme il le racontera. Premier extrait de l’album Pizza enregistré au Royaume-Uni, Vertige de l’amour atteint la deuxième place des ventes et le 45 tours s’écoule à plus de 700 000 copies, permettant ainsi à Bashung de se produire pour la première fois à l’Olympia le 3 juin. La même année, il est le premier à recevoir un Bus d’acier lors de la première cérémonie organisée par le Bus Palladium.

France Gall et Elton John – Donner pour donner

France Gall Elton John Donner pour donner Pop Music DeluxeAlors qu’il passe le printemps et l’été 1980 sur la Côte d’Azur, Elton John entend sans arrêt à la radio les chansons de France Gall et de Michel Berger. L’anecdote est entrée dans la légende mais quand, sous le charme, le chanteur anglais prend son téléphone pour proposer une collaboration à Berger, ce dernier, croyant à une mauvaise blague, lui raccroche au nez. Une première rencontre leur donne l’envie d’un album entier en duo avec France Gall, et même d’une tournée. Rendez-vous est donné aux studios Sunset Sound à Los Angeles en août 1980, mais la chanteuse vient d’apprendre qu’elle est enceinte, et seulement deux titres seront enregistrés, Donner pour donner et Les Aveux (un troisième morceau restera inachevé). L’entente en studio est très conviviale : « On vit un rêve. Ce disque est ce qu’il est : la concrétisation d’un rêve », note la chanteuse en 2004. Dans les bacs début 1981 en 45 tours, maxi 45 tours et même cassette deux titres (!), c’est Donner pour donner qui a le plébiscite des radios et Elton John vient promouvoir la chanson à la télévision française à plusieurs reprises en février. La collaboration atteint les 300 000 ventes.

Enrico Macias – La France de mon enfance

Enrico Macias La France de mon enfance Pop Music DeluxeEn 1980, Enrico Macias a quitté Philips pour rejoindre Tréma, le label de Jacques Revaux et Régis Talar qui comptent bien insuffler un renouveau à la carrière du chanteur. Immédiatement, on met à son service Didier Barbelivien qui sait instinctivement mettre en mots des chansons importantes de son nouveau répertoire dont La France de mon enfance. Après le relatif échec du Mendiant de l’amour en 1980, La France de mon enfance est un plébiscite qui s’installe à la deuxième place des ventes derrière Richard Sanderson et totalise 500 000 ventes. La même année, Macias fête ses vingt ans de carrière et un Numéro Un lui est consacré le 20 juin sur TF1. « La chanson peut rapprocher les gens au maximum et la chose la plus précieuse que m’a apportée ce métier, c’est de pouvoir cultiver l’amour entre les gens du monde entier. Ce qui compte le plus, c’est la communication. C’est à moi de faire oublier les soucis de la vie quotidienne et de réunir les gens par la joie et la chanson ».

Dallas – Générique du feuilleton TV

Dallas Pop Music DeluxeLe 24 janvier 1981, le feuilleton américain Dallas débarque en France. Et pour notre marché local, le distributeur cherche un générique en français. Parmi les candidats, il y a le compositeur Jean Renard qui collabore notamment avec Johnny Hallyday. C’est justement un jour où ce dernier est en train de répéter avec son groupe en studio dans le sud de la France que Renard débarque et demande aux musiciens s’ils ne veulent pas jouer sur une maquette sur laquelle il est en train de travailler. Parmi les musiciens, il y a le guitariste Marc Demelemester qui va poser sa voix sur un texte qui n’est encore qu’un embryon, sans savoir que le morceau est destiné à devenir un générique télé. Comme il l’a confié en janvier 2021 à Europe 1, il apprend un peu plus tard que la chanson a été sélectionnée pour être le thème de Dallas en France et que c’est Joe Dassin qui est pressenti pour l’interpréter. Mais le chanteur disparaît tragiquement en août et c’est Demelemester, dont la maquette était suffisamment convaincante, qui enregistre la version définitive (ainsi que tout un album estampillé Dallas). La série est un carton immédiat tout comme son générique qui grimpe jusqu’à la deuxième place des ventes et s’écoule à 700 000 exemplaires.

Taxi-Girl – Cherchez le garçon

Taxi Girl Cherchez le garcon Pop Music Deluxe« On n’était pas dans la musique, on était dans le chaos, c’est-à-dire que c’était pour nous une façon assez immédiate de pouvoir imposer nos idées », disait Daniel Darc à France Inter en 1989 à propos des débuts de Taxi Girl. La new wave post-punk du groupe formé à Paris va séduire par son romantisme noir et ses textes ambigus dès son deuxième 45 tours, Cherchez le garçon, qui sort fin 1980. Mais la chanson ne s’impose pas immédiatement et passera d’abord par les clubs où le groupe s’illustre avant de faire quelques apparitions télévisées, notamment une retransmission de leur concert au Palace enregistré en décembre 1980 et diffusé dans Chorus sur Antenne 2 le 24 janvier 1981. Au total, le 45 tours (en face B duquel on trouve une version beaucoup plus minimaliste de la chanson-phare) dépassera les 150 000 ventes permettant à Taxi Girl de produire Seppuku, son premier album, sous son propre label Mankin Records (et sur lequel ne figure par Cherchez le garçon). Enregistré également en anglais pour une distribution au Royaume-Uni où le groupe se produit, Cherchez le garçon devient Find The Boy.

45 tours sélectionnés à partir des classements réalisés par le site Top France.

Voir aussi : Les succès de 1981 (2)

2 commentaires

  1. Sélection sympa et très « ouverte »… J’aime bien l’idée de faire se croiser sur la même page Bashung et Enrico, « Cherchez le garçon » et l’univers impitoyable des Ewing.
    Mon must parmi les 5, ça restera quand même le morceau de Taxi Girl, un son envoutant et des paroles (limitées) aussi troublantes qu’énigmatiques pour un ado des années 80. 40 ans après, j’aime toujours autant.
    « Dallas », allez, j’avoue, je fais partie des millions qui regardaient JR et Pamela tous les samedis soirs (et je ne le regrette pas) et des 700 000 qui ont acheté le single (et qui auraient pu s’en passer…).
    « Vertige de l’amour », autre must, je comprenais rien, j’adorais (ah ces points, ces point-ti-llés… Je ne connaissais pas l’origine du titre, c’est officiel ?
    Elton & France Gall, duo inattendu et très réussi mais pas si bien récompensé que ça au final. 300 000, c’est pas mal, mais pas beaucoup pour la rencontre d’une superstar de pop-rock internationale et de la chanteuse française qui venait de casser la baraque l’année précédente.
    Pour Enrico, il me semble qu’il faudrait aussi citer la face B « Ouvre-moi la porte », chanson aux allures de comptine qu’il a dû défendre en télé autant que la face A et qui, à mon humble avis, a dû faire vendre autant de galettes que « La France de mon enfance » aussi sensible soit ce dernier titre.

    Merci PMD.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s