Gold – Les années WEA (1982-1989)

Gold les années WEA Pop Music Deluxe

Goldfingers est un groupe de scène formé dans les années 60 à Toulouse. La formation anime les soirées festives de la région avec son répertoire de reprises puis, petit à petit, y glisse ses propres compositions.
Deux 45 tours paraissent dans les années 70, sans succès, puis au début des années 80, rebaptisé Gold, le destin du groupe va prendre un nouveau tournant…
Rétrospective d’une décennie de tubes !

Gold Tropicana Pop Music Deluxe

Tropicana (1982)
En 1982, Gold enregistre un premier album éponyme. Dix titres principalement écrits et composés par Vincent Guion (alors bassiste du groupe) et Emile Wandelmer (chanteur et guitariste). Le disque est produit et réalisé par Jacques Cardona et François Porterie qui ont créé ensemble le fameux studio Condorcet dans les années 70, un studio qui fera la renommée de la ville rose. Gold a signé chez WEA qui extrait un 45 tours, Tropicana, sans succès. Emile s’apprête à tout arrêter et prévoit sa reconversion en achetant un cinéma dont il prend la gestion. Mais l’aventure ne se termine pas là et ce premier disque, loin de finir aux oubliettes, sera bientôt relancé sous une deuxième mouture…

Gold Plus près des étoiles Pop Music Deluxe

Plus près des étoiles (1984)
Le succès, c’est un musicien toulousain qu’ils ont déjà croisé en studio qui va le leur apporter sous forme d’une cassette qu’il leur confie à la fin d’un concert. Le musicien c’est Jean Garcia et son morceau s’appelle Plus près de la Terre. Gold est emballé mais le texte ne va pas. Il sera repris par Jacques Cardona et François Porterie qui s’inspirent d’un sujet d’actualité, les boat people, et la chanson devient Plus près des étoiles. Le groupe trouve alors son incarnation presque définitive (Emile, Alain, Bernard, Joël et Etienne) et enregistre la chanson. Mais WEA n’y croit pas vraiment et le manager du groupe négocie tout de même la sortie du 45t dans le sud-ouest de la France en 1984. C’est évidemment un succès qui poussera le label à distribuer le disque sur tout le territoire sous une pochette rouge qui remplace la noire initiale. Désormais, Jean-Patrick Teyssaire (qui travaille avec Julie Pietri, sa compagne) s’occupe de l’image du groupe et demande aux garçons d’adopter une attitude austère devant les caméras, comme les groupes de new wave anglais, tandis que celle qui se fera connaître plus tard sous le nom de Guesch Patti s’occupe du relooking. Le succès est enfin à portée de mains et Plus près des étoiles entre au Top 50 le 22 juin 1985 et atteindra la 2
e place à trois reprises quelques mois plus tard, s’écoulant à 800 000 exemplaires. Ressorti une première fois en 1984 en incluant Plus près des étoiles et sa face B J’m’ennuie de tout, le premier album de Gold connaît une troisième édition en 1985 sous le titre Le Train de mes souvenirs

Gold Capitaine abandonné Pop Music Deluxe

Capitaine abandonné (1985)
Difficile de faire suite à un tel tube et pourtant Gold ne se décourage pas. Le single suivant va être produit par Jacques Cardona à partir de deux morceaux différents : l’un composé par Emile Wandelmer et l’autre par Bernard Mazauric. Là où les deux compositions isolées avaient déjà un certain potentiel, la réunion des deux a tout du tube et Jacques Cardona se colle à nouveau au texte en rendant cette fois hommage aux aventuriers, et notamment à Arnaud de Rosnay, récemment disparu, et avec qui il faisait du surf quelques années plus tôt. Le travail sur les voix et les harmonies en studio est long, car pour arriver au résultat espéré il faut atteindre des notes très hautes. Capitaine abandonné est envoyé aux radios fin 85 et entre au Top en février 86. Cette fois le 45t atteint la 1
ère place et y reste quatre semaines totalisant près de 700 000 ventes. La maison de disques veut tenter le coup en Europe et demande à Gold d’enregistrer en anglais. Deux singles seront distribués à l’étranger : A Little Closer to Freedom (Plus près des étoiles), dont le texte est adapté par la choriste Ann Calvert, et Sail Away (Capitaine abandonné), adapté par Randy Remet. Un vrai challenge pour Emile, selon Alain Llorca, qui ne parle ni ne comprend l’anglais.

Gold Ville de lumière Pop Music Deluxe

Ville de lumière (1986)
La recette a désormais fait ses preuves et le tube qui remplace Capitaine abandonné au Top s’appelle Ville de lumière, une composition de Bernard Mazauric et un texte de Cardona qui s’inspire à nouveau de l’époque en y décrivant Beyrouth, la capitale libanaise. Le 45t entre au Top alors que le précédent y est encore classé et prend la 2
e place pendant sept semaines en août, dépassant de peu les ventes de Capitaine abandonné avec plus de 700 000 copies. Face à un tel raz-de-marée, et puisque le deuxième album n’est pas encore prêt, WEA se voit presque obligé de sortir un nouveau long format, ce sera une compilation de huit titres reprenant la pochette du 45t Capitaine abandonné et incluant quelques chansons du premier album, les faces B des deux derniers singles et surtout les versions longues des trois premiers tubes. Il faut dire que le groupe prend soin de ces versions destinées aux discothèques (où elles cartonnent !) qu’il supervise lui-même et pour lesquelles il enregistre des parties instrumentales plus longues.

Gold Laissez nous chanter Pop Music Deluxe

Laissez-nous chanter (1987)
L’année 86 se termine en apothéose pour Gold qui part en tournée et se voit remettre le trophée de la révélation variétés aux Victoires de la musique dont c’est la deuxième édition le 22 novembre. C’est également le moment que WEA choisit pour sortir le deuxième album du groupe, Calicoba. Outre les singles et faces B déjà parus, on n’y trouve finalement que cinq nouveaux titres, complétés par la version « tempête » de Capitaine abandonné. Le 45t qui l’accompagne en janvier 1987, Laissez-nous chanter, est signé Emile Wandelmer à la composition et Jacques Cardona au texte. C’est le quatrième tube d’affilée (n°6 au Top pour 350 000 ventes) qui permet aussi à l’album de se vendre : entrée au Top début avril, il culminera en 7
e place et sera certifié platine pour 400 000 copies écoulées. L’opus est également enregistré en version anglaise avec des arrangements différents mais sera très peu distribué et demeurera une rareté jusqu’à son apparition sur les plateformes digitales en 2017.

Gold Calicoba Pop Music Deluxe

Calicoba (1987)
Dernier extrait de l’album, Calicoba et ses ambiances sous-marines séduit à nouveau le public. Le morceau est une nouvelle fois la réunion de deux maquettes : l’une signée Alain Llorca et l’autre Emile Wandelmer. La pochette est signée par l’illustrateur Olivier Chaulieu (celle de l’album, un portrait des cinq membres du groupe, avait été réalisée par Tonino Liberatore, illustrateur de bande dessinée) et la version anglaise, qui s’applique à calquer les sonorités du refrain plutôt que son sens, est baptisée Carli Come Back. C’est le cinquième 45t d’affilée à se classer dans le Top 10 où il prend la 8e place avant de recevoir un disque d’argent pour 250 000 exemplaires vendus. Un album enregistré live à l’Olympia, où Gold s’est produit trois soirs en janvier, est publié (omettant étrangement Calicoba mais incluant un hommage à Balavoine avec une reprise de L’Aziza) et récompensé d’un disque d’or.

Gold au dela du rideau Pop Music Deluxe

Au-delà du rideau (1988)
Exténués par les tournées et la promo incessantes, les cinq Gold ont besoin de faire un break et de réfléchir à l’évolution de leur carrière, un peu lassés d’entendre dire qu’ils sont des « locataires du Top 50 ». Après trois mois de repos, où quand même chacun travaille à des compositions, le groupe se retrouve et met en commun la trentaine de chansons récoltées. « Très démocratiquement, nous en avons choisi deux écrites par chacun d’entre nous ». Ainsi le troisième album, sobrement intitulé Gold, paraît à l’été 88, précédé du 45t Au-delà du rideau sorti au printemps. On y retrouve à nouveau un thème politique avec l’évocation du rideau de fer, dans la mouvance humaniste qui a fait le succès du groupe, même si désormais Jacques Cardona n’est plus en charge des textes. Au-delà du rideau est un retour en demi-teinte (la faute à un refrain qui met beaucoup de temps à arriver ?) et ne reste que trois semaines au Top, pointant en 46
e place.

Gold Rio de janvier Pop Music Deluxe

Rio de janvier (1988)
Heureusement, Rio de janvier, plus fédérateur, suit la sortie de l’album et lance la tournée à la rentrée (c’est également la deuxième composition de Bernard Mazauric à sortir en single après Au-delà du rideau). Gold prépare son Palais des sports parisien qu’il occupera du 22 au 29 octobre avec des moyens plus conséquents. Rio de janvier grimpe jusqu’à la 18
e place du Top et l’album pointe en 27e place grâce à une promotion toujours intense. L’album marque aussi une rupture avec les versions longues réservées aux clubs puisque aucun maxi 45t ne sera édité.

Gold Diamant dort Pop Music Deluxe

Diamant dort (1989)
Deux singles seulement ont été extraits de l’album Gold et au printemps 1989 c’est un album live gorgé de tubes qui prend la relève et atteint la 25
e place du Top. Un single est extrait, Diamant dort (une composition d’Alain Llorca), dans une version courte en face A et une version longue en face B ; ce sera le dernier morceau de Gold classé au Top avec une 34e place. La même année, Emile tente une échappée en solo avec le 45t Amazonie, une composition au son très Gold (dont les paroliers du dernier album signent le texte) refusée par le groupe et dont il assure la promotion seul et sous son nom. Ce sera un échec.

Gold iles d'aran Pop Music Deluxe

Îles d’Aran (1989)
Le succès phénoménal de Gold, les tournées et la promotion incessantes exacerbent les tensions au sein du groupe dans lequel des clans se forment. On reproche à Emile de ne pas savoir s’exprimer devant les médias ou encore de ne pas avoir l’esprit de groupe. Le musicien-chanteur décide donc de partir et de mener sa propre carrière de son côté. On tente de minimiser l’impact d’une telle décision en enregistrant ensemble un dernier morceau, l’inédit Îles d’Aran qui échappe au Top 50. C’est la fin d’une époque et une première compilation, La Compil’ en or, voir le jour en 1990, se classe 8
e du Top compilations et reçoit un disque d’or.

Playlist :

Un commentaire

  1. Une compilation LES ANNEES WEA (double voire 3 CD) avec leurs succès en version 45 T, remix et maxis serait fantastique mais je crois qu’il y a un problème (de droits) avec Emile et les ex du groupe GOLD.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s